8 rue Decamps - 75016 Paris

01 47 55 16 17

© Tous les textes et photos des rubriques liées à la chirurgie sont les propriétés du Docteur Paul Seknadje

La femme mature - informations

La prise en charge de la silhouette de la femme dite « senior » ou mature est un aspect important de mon activité.

Pour tous ceux qui pourraient penser qu’autour de la cinquantaine, la seule préoccupation serait le rajeunissement du visage sachez qu’il n’en est rien !

Actuellement les cinquantenaires sont encore dynamiques voire sportifs, se veulent toujours actifs sur le plan de la séduction.

Toutes les patientes sont unanimes : « la vie continue !»

Les chinois ont un proverbe qui dit que l’on vit deux vies « Une première classique, et une seconde qui commence lorsque l’on comprend que l’on n'en a qu’une »

Il semblerait que cette prise de conscience s’opère vers la cinquantaine et même si le cerveau est encore très vif, le corps se trouve souvent marqué. De plus la nature n’est pas très bienveillante :  la « péri- ménopause » est la période où les hormones disparaissent peu à peu, mais croire que les femmes seraient moins féminines est faux. Ce qui est vrai, c'est que l’ostéoporose qui en résulte fragilise les os et les articulations   et que d’un autre côté, la répartition des graisses de stockage diffère en terme de localisation. Il s’en suit donc une modification de la silhouette avec embonpoint, et augmentation du volume mammaire mais aussi dans le même temps une fragilisation du squelette qui ne supporte plus ces  contraintes. Il s’en suit donc un cortège de douleurs rachidiennes, cervicales et/ou lombaires, une fatigue physique puis psychique, qui aboutissent rapidement à un sentiment de mal-être.

Ce n’est pas une fatalité !

La ptose  mammaire plus ou moins associée à une hypertrophie est la première demande. Les réflexions post-opératoires sont unanimes : 

« J’aurais dû le faire plus tôt ». Le bilan sénologique régulièrement réalisé permet d’orienter l’exérèse concomitante d’une éventuelle lésion suspecte.

Le ventre est le second motif de consultation. Il s’agit principalement de surcharge graisseuse allant du petit bedon disgracieux à la vraie bedaine invalidante. L’examen clinique est primordial. En effet le praticien doit clairement anticiper la capacité de rétraction cutanée, afin de poser l’indication opératoire. Une liposuccion seule en cas de peau élastique, ou associée à un lifting abdominal dans tous les autres cas.

La paroi abdominale est aussi testée, il n’est pas rare de trouver un diastasis passé inaperçu et datant des grossesses, et même de vraies éventrations en cas d’intervention chirurgicale antérieure.

Les ventres cicatriciels sont extrêmement fréquents, suite à une césarienne, fibromes, hystérectomie, et autres interventions digestives.

Les patientes ne veulent tout simplement plus vivre avec. Certaines partant à la retraite au soleil, veulent simplement se mettre en maillot sans complexe. Il faut comprendre qu’une faiblesse de la paroi abdominale a un grand impact sur la stabilité et la tenue du rachis lombaire.

Aussi les médecins et principalement les rhumatologues commencent à nous adresser leurs patientes présentant des douleurs et pathologies chroniques en rapport avec une surcharge mammaire et ou un déficit  musculaire abdominal. Les interventions proposées  permettent une diminution voire une disparition des douleurs rachidiennes, et par suite d’obtenir un énorme bénéfice de bien-être.

 

La composante « réparatrice » est donc plus fréquente que chez les plus jeunes, mais c’est bien l’aspect esthétique qui motive la demande.

La vie réserve son lot de surprises, et de hasards : aussi à la suite d’une rencontre ou par envie personnelle il n’est pas rare de répondre à des demandes d’augmentation mammaire, cependant en matière d'interventions mammaires la demande la plus fréquente reste tout de même la réhabilitation d’anciennes prothèses mammaires.